• on 12 mai 2019

De Perpignan à Salt Lake City

J’ai toujours voulu partir en mission, mais il y avait  toujours des évènements qui  m’ont fait repousser le départ : la naissance d’un petits fils, un mariage, un baptême. Il y avait toujours des raisons pour repousser ce moment. En juillet 2017,  j’étais au Temple de Zollikofen avec une de mes meilleures amies et j’ai demandé au Seigneur de me dire ce qu’il fallait que je fasse,  quelle devait être ma priorité ? Et j’ai su que le moment était arrivé de  me préparer à partir en mission !

De retour chez moi, j’ai commencé à renseigner un dossier pour faire une mission au temple. J’en ai parlé avec mon président de Pieu. Je lui ai dit que j’aimerais partir au Temple de Zollikofen qui représentait mon premier choix. Ensuite, venait Paris ou Rome. Quand le président de Pieu a envoyé mon dossier en fin d’année, il a précisé que j’avais déjà une chambre réservée au Temple de Suisse pour le mois d’avril 2018. J’ai donc passé les fêtes de Noël avec tous mes enfants et chacun d’eux s’amusait à faire des pronostics sur ma destination ! Un de mes fils a dit : « prépare-toi, tu partiras à Salt Lake City ». Je lui ai répondu que c’était impossible car je ne parlais pas anglais.

Le 1ier février 2018, j’ai reçu un courrier de Salt Lake City. Avec mes enfants on s’est connecté sur Skype et on a lu la lettre ensemble. Je m’y suis reprise à deux fois quand j’ai vu la destination : SALT LAKE CITY HEADQUARTER MISSION ! J’allais faire ma mission au siège de l’Eglise !

Nous étions tous heureux. J’ai appelé le Président de Pieu et il a pensé que je lui faisais une blague quand je lui ai dit ma destination. Il y avait quand même quelque chose qui m’inquiétait beaucoup : le voyage si long en avion, les changements dans les aéroports. Je me disais : le Seigneur connait tous mes problèmes. Il fera en sorte que ce soit  un voyage direct. Le soir de ma mise à part, j’ai su que de Toulouse j’irai à Londres puis Dallas et finalement Salt Lake. Le Président, dans sa mise a part, m’a bénie spécialement pour cela.

Je vous dis cela parce que je vous témoigne que mon voyage a  été parfait. Je ne me suis pas perdue. J’ai même dû prendre le métro pour aller d’un terminal à un autre mais le Seigneur était là, à guider mes pas. J’avais programmé à l’avance ma mission au Temple car je connaissais déjà l’environnement dans lequel j’allais évoluer.

Mais le Seigneur avait pour moi un autre défi. Je devais apprendre autre chose. Je ne sais pas quoi…. Mais j’ai obéi. Cela ne m’a pas empêché de me demander pourquoi j’allais dans un pays si loin et sans en connaître la langue.

Le 30 mai 2018, je suis partie et le lendemain, j’étais au  M.T.C. de Provo. Un jeune homme qui parlait français et qui était mon instructeur, m’a reçue et j’ai passé le jeudi et vendredi avec lui. Il m’a appris comment enseigner une leçon et le vendredi matin j’ai présenté ma première leçon sur la généalogie à un couple qui souhaitait retrouver un ancêtre.

Le vendredi à midi,  je suis partie pour Salt Lake City. Juste arrivée, j’ai eu une réunion avec mon groupe du M.T.C. pour apprendre à utiliser certains appareils nécessaires à la généalogie.

Je peux vous témoigner que le Seigneur a toujours mis quelqu’un sur ma route pour m’aider dans toutes les situations. Par exemple, la seule autre missionnaire, qui parlait un peu le français, a été mon ange gardien pendant mon installation et les premiers mois de ma  mission.

Mais pourquoi suis-je partie ? Le Seigneur nous a donné deux  grands commandements. le premier me semblait facile à suivre mais le second me demandait plus d’efforts.

D&A 4 :3-5 :  « C’est pourquoi, si vous éprouvez le désir de servir Dieu, vous êtes appelés à l’œuvre ; car voici le champ blanchit déjà pour la moisson, et voici, celui qui lance sa faucille de toutes ses forces, amasse des provisions afin de ne pas périr, mais apporte le salut à son âme ; et la foi, l’espérance, la charité et l’amour fixé  uniquement sur la gloire de Dieu, le qualifient pour l’œuvre ».

Dieu m’a aimée. Son amour a fait de nous ses « élus » dans son église. Jésus son fils est mort pour moi. Il m’a donné le pouvoir de ressusciter. Comment pouvais-je  lui montrer ma gratitude ? En partant, en le servant, en allant à la rencontre des autres, en montrant mon amour pour eux.

Quelqu’un pourrait me répondre :  tu peux le faire autour de toi sans partir ! Non, ce n’est pas la même chose. Il m’a envoyée  là où était ma place. Et j’ai su pourquoi j’étais partie si loin. Quand nous arrivons en mission, nous avons une formation de 15 jours avant que le président de mission nous envoie dans un des départements de Family Search.

Au début, j’étais pressentie pour aller au B1, la bibliothèque internationale parce que  je parlais français et italien. Alors que ça faisait 4 jours que j’étais en formation,  le conseiller du président de  mission est venu me chercher car il y avait quelqu’un qui voulait me parler.

Je  me suis retrouvée face à un géant de 2 mètres qui parlait parfaitement l’italien et qui m’a dit : « Sœur, ça fait 15 jours que moi et mon équipe italienne prions pour que le Seigneur envoie une missionnaire qui parle italien. Vous  êtes la réponse à nos prières !  Voulez-vous venir travailler avec nous ? ». Ensuite il a ajouté : « nous parlons toujours italien entre nous ». C’était la petite « douceur » pour m’aider à faire mon choix. A cet instant  précis, j’ai su pourquoi j’étais là. Je lui ai répondu que je le suivrai avec joie.

Je suis allée à T-ROC (*) où  on s’occupe des archives qui arrivent du site des  montagnes Rocheuses.

Deuxième raison de ma mission. Avec Dieu, nous sommes une puissance !  2 Timothée 1 : 7 à 9 : « Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. N’aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l’Evangile, par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus Christ avant les temps éternels. »

La troisième  raison se trouve dans Jérémie 3 : 14-15 :  «Revenez, enfants rebelles, dit l’Eternel car je suis votre maître. Je vous prendrai, un d’une ville, deux d’une famille, et je vous ramènerai dans Sion. Je vous donnerai des bergers selon mon cœur, et ils vous paîtront avec intelligence et avec sagesse ».

Je fais une mission dans le département de Family Search.  Je vis dans une ambiance très proche de celle du temple et chaque jour je remercie le Seigneur d’être ici, pas à SALT LAKE ! mais en mission.

L’endroit où nous servons n’est pas important. L’important est de servir. Continuer de servir au sein de l’histoire familiale (Family Search) me remplit  de joie, pas seulement parce que je travaille au salut de mes ancêtres mais cette mission me permet de faire le deuxième mille pour sauver mes frères et sœurs qui ont vécu sur cette terre avant moi.

Avoir  le Temple à  5 minutes  de la maison, pouvoir m’y rendre presque tous les jours, quelle  joie ! Apporter les bénédictions du Temple à mes ancêtres me remplit le cœur de reconnaissance envers mon frère Jésus. Tous ces rendez-vous au Temple avec Lui me donnent plus de connaissances et chaque jour j’apprends à mieux aimer mon prochain.

Je vous donne mon témoignage que notre Père Céleste est toujours là, avec nous, pour nous soutenir et n’oublions pas d’où nous venons. Nous sommes ses enfants élus, venus  pour accomplir son  œuvre sur cette terre.

Antonietta M.

Il m’a envoyée là où était ma place.

Je peux vous témoigner que le Seigneur a toujours mis quelqu’un sur ma route pour m’aider dans toutes les situations.

(*) Fin 1972, la Société Généalogique disposait de 756.062 bobines de microfilms de 30 mètres, soit un total de 22.681.860 mètres, ce qui est l’équivalent de plus de 3.607.002 volumes de 300 pages chacun. Il y avait dans les rayons de la bibliothèque 114.392 volumes imprimés. Pour la conservation de ses documents, un ensemble de chambres fortes géantes fut creusé dans des montagnes de granit à Little Cottonwood Canyon,  dans le flanc des montagnes Rocheuses, à quelque 35 kilomètres de Salt Lake City. Il y a près de 200 mètres de granit massif au-dessus des six immenses chambres fortes qui ont été creusées sur une profondeur de près de 150 mètres dans le cœur du granit. La température naturelle dans les chambres d’entreposage est tout au long de l’année de 13 à 14 degrés et l’humidité naturelle est toujours de 40 à 50 pour cent. Ces conditions d’hygrométrie et de température sont parfaites pour l’entreposage de microfilms. Le forage de ces chambres fortes, que l’on ne visite pas, a été terminé en décembre 1963, et elles furent inaugurées et consacrées le 22 juin 1966. Elles sont théoriquement protégées contre les risques d’explosion nucléaire.

Family History Library. En français, « Bibliothèque d’histoire de la famille », la Family History Library est un établissement de recherches généalogiques, basé à Salt Lake City (Utah, États-Unis), géré par l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, ouvert aux chercheurs du monde entier. Il s’agit sans conteste de la plus grande bibliothèque généalogique du monde. Le bâtiment actuel, inauguré le 23 octobre 1985, a une superficie d’environ 37.000 m², répartis sur cinq niveaux.

 

Skin Color
Layout Options
Layout patterns
Boxed layout images
header topbar
header color
header position