• on 27 février 2020

L’alphabet des trésors méconnus

Alors que j’essayais de temps en temps de parler de l’Evangile à ma famille, ma nièce m’a dit un jour : « Dieu, toujours Dieu, on n’a pas besoin de Lui… » Cette réflexion de plus a été un déclic pour commencer mon projet d’écrire un livre. À cette époque dans les années 2000, je tentais désespérément de parler de l’Evangile rétabli à ma famille depuis ma conversion en 1972 mais je ne rencontrais que scepticisme, rejet ou manque d’intérêt. En effet, pourquoi s’intéresser à Dieu ou rechercher Dieu quand tout va bien dans votre vie ? Ce qui était le cas de mon entourage mais qui n’était pas le mien.

Avec mon mari Rolf, nous avons rencontré d’importantes difficultés financières dans les années 2000 ce qui n’encourageait pas notre famille à s’intéresser à nous car nous n’étions pas un « modèle de réussite » et par la même, à s’intéresser  aux enseignements de l’église. C’est à partir de là, que l’idée d’écrire un livre qui  serait une sorte de témoignage de mes croyances, a germé dans mon esprit. Ce livre me permettrait de parler de Dieu  et des  vérités de l’Evangile rétabli tout en parlant d’autres sujets qui me tenaient aussi à coeur.

En 2002, nos deux fils étant partis en mission, j’ai rejoint mon mari qui était alors employé aux bureaux administratifs du Temple de Zollikofen en Suisse.

Et là, tout en servant le Seigneur au Temple, j’ai commencé l’écriture de mon livre. Je ne pouvais pas trouver un  meilleur endroit !

J’ai imaginé ce livre comme un abécédaire : A comme AMOUR…. B comme BONHEUR… C comme CONVERSION…. d’où le titre « l’alphabet »  et j’ai rajouté « des trésors méconnus » car le Christ reste une énigme pour la plupart des gens. J’ai relié chaque lettre de l’alphabet à un thème dans lequel Dieu aurait sa place. J’ai agrémenté mes propos  d’une ou plusieurs  écritures  principalement tirées de la Bible.

Mon livre s’achève  par la lettre V comme VÉRITÉ car j’ai souhaité que mon témoignage sur l’existence de notre Père Céleste et de  son fils Jésus-Christ, du rôle du Saint Esprit, de l’Eglise primitive, de la Sainte-Cène, de la prêtrise, de l’Apostasie et du rétablissement de l’église du Christ sur la terre ainsi que du Livre de Mormon clôture mon livre. J’ai aussi utilisé beaucoup d’écritures extraites du Livre de Mormon. Je voulais que mon livre soit un outil pour préparer le cœur des personnes à entendre parler de l’Evangile rétabli.

J’ai terminé l’écriture de mon livre en 2012.  Je l’ai offert tout d’abord à ma famille puis à mes amis. C’était le témoignage que je leur offrais  car je  ne pouvais pas le leur rendre de vive-voix sachant qu’ils ne me laissaient pas aller jusqu’au bout. Ils ont accepté mon « cadeau » qui se trouve maintenant chez eux. Peut-être qu’un jour, les difficultés de la vie ou des interrogations les amèneront à le lire et qu’ils y trouveront du réconfort ?

Peut-être que cela leur permettra d’accéder à d’autres connaissances  plus spirituelles qui leur ouvriront le cœur à l’Evangile du Christ ?

Ce livre m’a donné l’occasion de participer à une dédicace dans le hall d’un centre commercial de la banlieue toulousaine. Cela m’a permis de rencontrer un autre public et d’échanger avec des inconnus. Le maire de la petite ville où  j’habite, à côté de Toulouse, m’en a acheté aussi  un exemplaire.

Mon kinésithérapeute qui en a fait l’acquisition, m’a dit qu’il était devenu son « livre de chevet ». C’est donc tout naturellement que je lui ai offert, avant notre départ de Toulouse en décembre 2019, un exemplaire du livre de Mormon.

Je dirai que le temps passé à faire des recherches, à rassembler et à structurer mes idées, à sélectionner les écritures, a renforcé mon témoignage de la véracité de l’Evangile.

J’ai également appris le lâcher-prise car j’ai connu beaucoup de frustrations en particulier le fait de ne pas pouvoir participer à des salons du livre car le thème de mon livre ne collait pas avec celui de la laïcité, et aussi de ne pas pouvoir le déposer dans les librairies car celles-ci sont débordées par le nombre de livres qu’elles reçoivent au quotidien.

En revanche, j’ai reçu en retour de la paix et ma confiance en Dieu s’est accrue. Je me suis sentie inspirée et portée tout au long de cette belle aventure.

Thérèse Disler

Frère et soeur Disler ont quitté Toulouse début janvier 2020 pour rejoindre la Suisse. Aujourd’hui, ils servent au Temple de Zollikofen au quotidien.

Skin Color
Layout Options
Layout patterns
Boxed layout images
header topbar
header color
header position