• on 13 juin 2019

Qui est mon prochain ?

« À mon réveil, je me suis tournée vers mon mari et lui ai dit: « notre fils a eu une nuit agitée. Je l’ai entendu faire les cents pas jusqu’à 4 heures du matin. » Fred s’est rendu immédiatement dans sa chambre. Sur son lit se trouvait une lettre: « Papa, Maman, je me suis suicidé. Ces mots sont difficiles à écrire et j’imagine qu’ils sont encore plus difficiles à lire… »

Stuart a lutté presque toute sa vie contre son attirance pour les hommes, mais a gardé ses sentiments secrets au monde entier, y compris à sa famille. Il n’a pas parlé de la croix qu’il portait avant l’âge de trente-deux ans. Nos autres enfants m’avaient demandé, plusieurs fois, si Stuart était gay. Je leur répondais: « Ce n’est pas parce qu’il ne fréquente personne qu’il est gay !»

Puis un jour, j’ai décidé de lui demander. Stuart était assis devant son ordinateur dans sa chambre. Tandis que j’essayais de poser ma question, Stuart m’a dit: « Tu veux savoir si je suis gay, maman ? Oui, en effet, je le suis. » Je n’étais absolument pas préparée à cette réponse. C’était comme si la foudre avait traversé mon corps. Je devais tenir la poignée de la porte parce que mes jambes se dérobaient sous moi.

Peu de temps avant que Stuart nous parle du fardeau qu’il portait, les médias avaient relaté l’histoire de Matthew Shepherd, un jeune homme qui avait été battu à mort parce qu’il était gay. Tandis que Stuart me parlait de sa situation, les pensées se bousculaient dans ma tête. Cela me terrifiait de penser que quelqu’un puisse faire du mal à mon fils. Je me demandais à quoi ressemblerait sa vie. Trouverait-il des amis qui le comprendraient? Qu’est-ce qui avait déclenché cette situation? Étions-nous responsable? Stuart pourrait-il changer?

Pendant les deux heures qui ont suivi, Stuart m’a raconté l’histoire la plus triste que j’ai jamais entendue. Il a décrit comment, à l’âge de sept ans, il avait eu le béguin pour un petit garçon dans sa classe et comment son ami avait le béguin pour une petite fille, et comment il trouvait ça étrange.

À l’âge de douze ans, quand Stuart a reçu la Prêtrise d’Aaron, il pensait que son attirance envers le même sexe n’était que passager et que ça changerait. Ce ne fut pas le cas.

Il a ensuite pensé que lorsqu’il recevrait sa bénédiction patriarcale, ses sentiments changeraient. Ce ne fut pas le cas.

Alors, ses sentiments changeraient sûrement quand il se rendrait au temple pour ses dotations, ou lorsqu’il partirait en mission. Ce ne fut jamais le cas.

À son retour de mission, il fut appelé comme président du collège des anciens. Maintenant, pensa-t-il, Dieu serait satisfait de sa vie et son fardeau lui serait enlevé. Une fois encore, il fut déçu.

Stuart me raconta que dans son enfance, il s’interdisait de regarder ses émissions de télévision préférées ou d’aller à une fête pour se punir de son attirance pour les autres garçons. Après sa mission, il jeûnait chaque semaine et se rendait au temple pour prier, cherchant ainsi à modifier son attirance pour les hommes.

Il priait des nuits entières, en pleurant, implorant Dieu de le changer. Il a commencé à avoir des crises de panique, terrifié à l’idée que quelqu’un puisse découvrir son secret.

Nous pouvions voir que Stuart était stressé, mais nous pensions que son stress était lié à son travail. Nous ne savions pas qu’il avait des idées suicidaires. Nous ne savions pas qu’il pensait que Dieu l’avait abandonné.

Toute sa vie Stuart a recherché la perfection. Il croyait que s’il devenait parfait, Dieu le bénirait. Mais plus Stuart s’efforçait d’atteindre la perfection, plus il se détestait. Quand aucun changement ne se produisit dans ses sentiments, malgré tous les efforts déployés, il en vint à la conclusion qu’il n’était pas digne et que Dieu n’acceptait pas ses efforts. Il a donc perdu confiance non seulement en lui-même, mais aussi en Dieu.

Dans ma quête pour comprendre l’attirance envers le même sexe, j’ai découvert que tous les hommes et toutes les femmes que j’ai rencontrés et qui étaient dans cette situation, quelles que soient leurs croyances, sont passés par de grandes souffrances émotionnelles.

Un nombre important de ces personnes ont régulièrement eu des pensées suicidaires. Peu à peu, nous avons informé notre famille et nos amis de la douleur de Stuart et  Stuart a commencé à en parler à ses amis.

Il était difficile pour Stuart de le dire à ses amis. Les amis qui l’ont rejeté ont ajouté de l’angoisse dans sa vie. Il y a quelques amis avec qui Stuart n’a jamais partagé son secret.

Après sa mort, nous nous sommes rendus compte que les amis à qui Stuart n’avait pas parlé étaient ceux-là mêmes qui avaient deviné la raison de son mal-être mais n’avaient rien dit, attendant qu’il aborde le sujet.

Ils nous ont tous dit qu’ils auraient tellement voulu dire à Stuart que son orientation sexuelle n’était pas importante pour eux. Ils savaient quel esprit noble il était.

Finalement, dans un moment de grand désespoir, Stuart est allé voir son évêque. Son évêque l’a écouté patiemment, l’a conseillé et lui a donné plusieurs fois une bénédiction. Stuart a reçu de sa part soutien et réconfort.

Cet évêque nous a invités à lui parler. Fred et moi en sommes profondément reconnaissants.

Nous avons trouvé un évêque compatissant et qui connaissait bien le sujet. Il nous a expliqué que plusieurs membres de la paroisse étaient dans la même situation.

Il nous a demandé ce qu’il pouvait faire pour aider notre fils. Nous lui avons expliqué combien Stuart aimait enseigner l’Évangile. La semaine suivante, Stuart était appelé à enseigner la doctrine de l’Évangile.

L’évêque nous a dit qu’il serait toujours là pour Stuart, chaque fois qu’il aurait besoin de parler. Durant les deux derniers mois de sa vie, Stuart et son évêque ont eu de nombreux échanges.

Les membres de notre famille ont tous été très gentils et encourageants. Certains amis de Stuart ont bien réagi, d’autres pas.

« … Soyez assurés que vous n’avez en aucun cas contribué à ces sentiments de dépression et d’anxiété, » finissait la lettre. « Vous n’avez aucune responsabilité par rapport à ma décision. Je veux que vous sachiez sans le moindre doute que je vous aime.

Je n’aurais pas pu avoir de meilleurs parents ou des frères et sœurs plus aimants. Néanmoins, je ne pouvais tout simplement plus vivre un jour de plus avec cette souffrance.

Pour la première fois, je suis libre de toutes mes douleurs. Je vous aime tous. Je ne voulais pas vous dire au revoir, ni vous embrasser parce que ça aurait été trop dur. Je vous aime tellement.

Vous m’avez aimé et accepté tel que je suis de manière remarquable.

Nous nous reverrons. Avec amour, Stuart. »

Extrait du livre «  IN QUIET DESPERATION ».

***********************************

Tant de personnes se trouvent dans la même situation que Stuart sans l’avoir voulu, sans avoir rien fait pour. Ils souffrent et n’ont parfois ni famille, ni amis pour les aimer et les soutenir. S’ils ne peuvent pas se tourner vers nous, membres de l’Eglise du Christ, pour les comprendre et les aimer, vers qui se tourneront-ils?

Notre orientation sexuelle n’est pas ce qui nous définit. Nous sommes bien plus que ça. Nous sommes des hommes et des femmes, des pères et des mères, des fils et des filles, des frères et des sœurs, des amis et des amies. Nous sommes notre travail, nos valeurs, nos croyances. Mais avant toutes choses, nous sommes tous les enfants d’un Dieu qui nous aime profondément, sans jugement, sans étiquette.

Grâce à notre amour, nous pouvons aider ceux qui souffrent à écouter la sagesse de Dieu plus que la sagesse du monde. Quand donc ces souffrances cesseront-elles ? Lorsque nous commencerons, en tant que membres de l’Eglise du Christ, à prendre conscience que de nombreux jeunes, hommes et femmes souffrent, non seulement en raison du défi que suscite cette attirance, mais encore plus à cause du regard qui est posé sur eux, et de la peur qu’ils ont de notre réaction. Quand commencerons-nous à les aimer tout simplement et à leur porter secours?

Vous voulez aider nos frères et sœurs qui sont dans cette situation ? Voici 6 manières très simples de le faire :

1. Concentrez-vous sur ce que nous avons en commun plus que ce qui nous différencie. Quel que soit notre orientation sexuelle, nous désirons tous nous sentir inclus, utiles, écoutés et compris. Nous avons tous besoin d’un sourire, d’un mot gentil, d’un ami.

2. Prenez le temps d’écouter les joies et les peines des uns et des autres, les doutes et les difficultés. N’essayez pas de trouver une solution. Bien souvent il n’y en a pas. Mais rien que d’écouter, de montrer qu’on se soucie sincèrement est déjà énorme.

3. Assurez-vous que chacun se sente inclus lorsque vous préparez une leçon. Une leçon intitulée «Comment aimer son mari» stimule un sentiment d’exclusion. Peut-être «Comment aimer comme le Christ ceux qui nous entourent » est plus inclusif.

4. En tant que dirigeants d’organisations, invitez ceux qui ne sont peut-être pas actifs dans l’Église à ce moment-là ou qui se demandent s’ils veulent rester membres de l’Église, à servir – sans leur imposer un fardeau excessif – afin qu’ils se sentent inclus et utiles.

5. Méfiez-vous de vos certitudes, surtout si vous n’avez jamais été dans cette situation ou si vous ne connaissez pas intimement quelqu’un qui l’est. Vous ne pouvez pas comprendre ce qu’ils vivent, vous ne pouvez donc pas donner de conseil. Vous n’êtes pas un expert et vous n’avez pas à l’être. La seule chose que vous pouvez être est un ami aimant, respectueux et à l’écoute.

6. Faites de votre mieux. C’est déjà beaucoup. Trop souvent, nous laissons notre tête à la place de notre cœur guider nos comportements. Souvent, nous voulons aider, mais avons peur de commettre un impair. Toutefois, une maladresse vaut mieux qu’un silence qui peut être interprété pour de l’indifférence.

 

En tant que parents d’un enfant qui à la fois aime le Christ, croit en l’Evangile restauré et porte ce lourd fardeau, ma femme et moi-même prions pour que nous, membres de l’Église du Sauveur, montrions plus de soutien pour tous ceux qui luttent avec acharnement pour rester centrés sur Christ, et ce, quelle que soit leur orientation sexuelle. Grâce à notre amour, nous pouvons aider ceux qui souffrent à écouter la sagesse de Dieu plus que la sagesse du monde.

Ecrit par B. & M.  K

Skin Color
Layout Options
Layout patterns
Boxed layout images
header topbar
header color
header position